Août 2013 – Randonnée glaciaire avec Stagexpé

J1 : Montée au refuge Chabot depuis l’alpage de Pravieux.
J2 : Ecole de glace sur le glacier de Laveciau.
J3 : Traversée jusqu’au refuge Victor Emmanuel II et escalade.
J4 : Ascension de la Tresenta (3 600 m).
J5 : Ascension du Grand Paradis (4 060 m).
J6 : Redescente à Pravieux en passant par Pont.


La voie normale du Grand Paradis depuis le refuge Victor Emmanuel.
L’hiver c’est un itinéraire de ski de randonnée. En août il y a beaucoup moins de neige et la première partie se fait sur un chemin et dans la moraine.

Mais il ne faut pas réduire ce périple à l’ascension finale d’un sommet. C’est avant tout un magnifique voyage dans une montagne, ou plutôt des montagnes, d’une variété sans fin, où tout est ouvert et vivant. Chaque regard montant ou descendant que l’on pose sur le paysage (lorsqu’on n’est pas occupé à regarder ses pieds…) révèle quelque chose de nouveau. En chemin je me suis souvenue du beau titre de cette exposition, “Le Sentiment de la Montagne”, présentée en 1998 à Grenoble — et je me suis dit que s’il fallait mettre des mots sur ce que je ressentais, c’était exactement ça.

C’est aussi bien sûr une petite victoire de plus sur l’adversité et ces quelques fractures qui m’ont empêchée durant plusieurs années de repartir en haute montagne. J’ai été ravie de retrouver Stagexpé, pas tout à fait au même endroit que là où je les avais laissés mais avec la même philosophie, le même professionnalisme et la même gentillesse. Cela est suffisamment rare pour être noté.

Enfin rien n’aurait aussi parfait sans un aussi bon guide. Alors encore merci à Claudio Rosset, notre guide italien, qui en dehors de nous montrer le chemin, assurer notre sécurité et nous conduire au sommet (ce qui est déjà pas mal), a partagé avec nous quelques unes de ses belles histoires, de la création du secourisme en montagne dans le Val d’Aoste à la foire de Saint-Ours (faut qu’on y aille), en passant par les sentiers non battus du Népal (faut qu’on y aille aussi !)

Voir l’album photos (merci à Claudio, à Frédéric et à Julien d’avoir partagé leurs images pour enrichir le reportage).